Matériaux écologiques : choix gagnants et abordables

BOIS : LE PLUS ÉCOLO

Materiaux BoisPour soutenir notre économie et participer à la lutte contre les changements climatiques, il faut choisir le bois québécois pour l’ossature, les moulures, le revêtement extérieur, le toit, les murs, les planchers, le mobilier intégré et, même, l’isolation. Pour aller plus loin, choisissez-le certifié FSC, CSA ou SFI1 .

Le bois brut fait office de puits de gaz à effet de serre (GES), c’est-à-dire qu’il capte le CO2 contenu dans l’air et le conserve, même après sa coupe. Renfermant très peu de COV, il constitue un choix totalement écologique… et magnifique ! Les artisans de la Maison ERE 132 l’ont bien compris : dans la maison, on trouve du bois partout!

Attention : évitez à tout prix le bois tropical, souvent issu de coupes qui détruisent irrémédiablement les écosystèmes et visent des essences en voie d’extinction. Pour du bois aggloméré, il faut en trouver sans urée-formaldéhyde, ce qui peut s’avérer ardu.

Éléments structuraux

Bois massif, panneaux préfabriqués en usine, mur double ossature : privilégiez les matériaux écologiques, performants du point de vue environnemental et très durables. Votre maison n’aura pas à être rénovée avant longtemps : imaginez les économies! N’hésitez pas à planifier une conception avancée de la charpente pour bien préparer les commandes et éviter les pertes et le gaspillage. L’option idéale est le bois d’ingénierie conçu pour la construction.

Revêtements extérieurs

Le parement, ou revêtement, c’est le manteau de la maison. Il empêche la dégradation des murs et des matériaux qui les compose. Son allure compte, bien entendu, mais sa performance environnementale aussi. Il est possible de réemployer des matériaux pour une surface extérieure (bois, métal, brique). C’est moins simple que d’acheter des matériaux neufs, mais c’est le choix le plus écologique et la maison aura un charme inédit.

On peut également se procurer des matériaux neufs et écologiques. Pour la Maison ERE 132, on a choisi du déclin de bois local pour le pourtour de la maison. Facile d’installation, ce revêtement identitaire au Québec performe bien, possède une très faible énergie grise et est recyclable en fin de vie. Outre le bois (pin, cèdre, mélèze, épinette), les produits de maçonnerie (brique et pierre) représentent également des choix intéressants, car ils résistent bien, se prêtent facilement aux réparations, peuvent être locaux et sont très durables. L’assemblage et la pose doivent être parfaitement effectués, sans quoi la durabilité des matériaux de l’enveloppe pourrait être réduite prématurément.

Revêtements muraux intérieurs

Le gypse et la peinture servent généralement à la finition des murs intérieurs. Mais il est également possible d’utiliser des matériaux de revêtement écologiques, comme les lambris de bois, qui apporteront un cachet certain à la maison. Il suffit de choisir un bois sain, régional ou recyclé.

Planchers

Qu’il soit contrecollé (ingénierie) ou massif, le bois choisi doit être certifié FSC, ou encore à croissance rapide (comme le bambou, très résistant et facile d’entretien), sans urée-formaldéhyde ni autres composés organiques volatils (COV). Il doit être extrait, traité et fabriqué à proximité de l’habitation (à moins de 800 km).

Le meilleur choix? Un plancher de bois massif récupéré. Pour les finis, on opte pour des produits naturels à base d’eau, sans composés organiques. Le béton, le linoléum, les pierres et les ardoises représentent également de bons choix. Ils sont durables et sains.

Caissons et portes d’armoires

Les armoires figurent souvent au palmarès des éléments peu écologiques. Leurs caissons et leurs portes sont généralement en aggloméré ou en mélamine, remplis d’urée-formaldéhyde. On opte idéalement pour des caissons et des portes récupérées, pour du bois local noble, ou encore pour du bois aggloméré sans urée-formaldéhyde — le choix des concepteurs de la Maison ERE 132 pour les caissons.

Portes et moulures

Pour les portes intérieures, les moulures, les cimaises, les cadres, les plinthes, corniches et autres garnitures, le bois massif et les essences locales nobles sont encore les choix les plus écolos, surtout s’ils sont récupérés ou certifiés FSC. Le bois plein est généralement plus dispendieux, mais également plus durable et toujours sain.

Meubles en bois plein

On privilégie les mêmes 4 critères : bois local, fabrication locale, sain et réutilisation de meubles ou de matériaux usagés en bois. On évite les meubles rembourrés traités avec des retardateurs de flammes, les bois collés qui regorgent d’urée-formaldéhyde et autres COV, et le plastique, non durable.

Articles de cuisine

Les produits plastifiants, tels les phtalates et le bisphénol A (BPA) sont partout dans notre quotidien. Ils peuvent être nocifs, particulièrement en présence d’une source de chaleur, ce qui est fréquent dans la cuisine. Il existe de nombreux articles et ustensiles de cuisine en bois. Les choisir, c’est limiter son exposition à des composés qui peuvent entraîner des troubles reproductifs, neurologiques et du développement.

 


1 - FSC : Forest Stewardship Council (certification indépendante qui prend en compte des critères environnementaux et sociaux dans l’exploitation de la ressource)
      CSA : Canadian Standards Association
      SFI : Sustainable Forestry Initiative

 

pied_de_page_02.jpg