Gestion écologique du site

Pour une cour verte

empreinteConcevoir des aménagements paysagers qui évitent les espèces envahissantes et qui réduisent au minimum la demande en eau et en produits chimiques synthétiques, c’est tout simple. Voici des trucs :

Agriculture

Oui aux fruits et légumes biologiques! Pour compléter l’offre de produits locaux ou même s’auto-suffire une partie de l’année, un jardin maraîcher est idéal. Même sur un balcon minuscule, il est possible de faire pousser une foule de fruits, de légumes et d’herbes. Aucun produit chimique, nul transport nécessaire et tout le plaisir de cultiver. Gagnant!

Gazon

Non au gazon Kentucky! Tonte, fertilisant, arrosage : la pelouse conventionnelle rend esclave et n’est en rien écologique. Elle explique en partie la très grande consommation d’eau des Québécois, qui est parmi les plus élevées au monde. Il est préférable de privilégier des couvre-sols qui nécessitent très peu d’eau et d’entretien, comme :

  • le Quatre-temps ou cornouiller du Canada : une petite herbacée à fleur blanche
  • le Buchloé faux-dactyle ou herbe à bison : une graminée à fleur rose
  • le fétuque ou trèfle nain : une herbacée pour un couvre-sol très vert

Plantes, arbres et arbustes

Non aux plantes envahissantes! Importées au Canada depuis le 17e siècle à des fins médicinales, horticoles ou agricoles, elles poussent à toute vitesse et détruisent les écosystèmes, faute de compétiteurs naturels. On choisit des essences indigènes bien adaptées au territoire dans lequel elles poussent et qui nécessitent peu d’entretien : l’aulne, l’amélanchier du Canada, la vigne blanche ou l’apios d’Amérique. Renseignez-vous selon votre lieu géographique .

Sols perméables

GestionEcolo Cour SolPermeablePlus les sols absorbent l’eau de pluie remplie des polluants amassés pendant son ruissellement, moins elle engorge les cours d’eau naturels ou les stations d’épuration. Cette eau retourne ainsi tout naturellement dans les nappes phréatiques. C’est une responsabilité qui vous revient! Il faut éviter l’asphalte, les pavés et les chemins en poussière de roche. Ne sous-estimez pas non plus la capacité filtrante naturelle des micro-organismes présents dans le sol.

Consommation d’eau

Un boyau d’arrosage consomme près de 1 000 litres d’eau potable à l’heure : de quoi s’hydrater pendant plus d’un an! Au besoin, arrosez avec de l’eau de pluie récupérée dans un baril placé à la sortie de la gouttière, un système d’irrigation ou un jardin pluvial.

Pour aller encore plus loin :

  • La piscine naturelle : sans chlore, elle intègre des matériaux nobles et un riche amalgame de végétaux, créant un espace en harmonie avec l’environnement.
  • La permaculture : plus qu’une manière d’aménager les espaces extérieurs, la permaculture est une véritable philosophie durable.
pied_de_page_04.jpg